Publié par

John Myers, The Portraits | Maison CF

JOHN MYERS, THE PORTRAITS
25 x 28,5 cm – 176 pages – Relié
ISBN 9781999727512 500 €
Anglais
Édition limitée à 450 exemplaires
Signée et numérotée
Accompagnée de deux tirages argentiques modernes signés et numérotés:

  • “Giraffe”, 1973, 10 x 15 cm
  • “Nicola and Donny Osmond”, 1973, 20 x 30 cm

The Portraits est le premier d’une série de trois livres présentant toute l’oeuvre photographique de John Myers. La photographie de portrait constitue une part très importante de son travail, ici rassemblé pour la première fois. Ces images à l’humour définitivement britannique nous transportent dans l’Angleterre des années 1970.

ACHETER

Publié par

John Myers, Looking at the overlooked | Maison CF

JOHN MYERS, LOOKING AT THE OVERLOOKED
25 x 28,5 cm – 160 pages – Relié
ISBN 978-1-9997275-3-6 120 €
Anglais
Édition limitée à 450 exemplaires
Signée et numérotée
Accompagnée d’un tirage argentique signé de John Myers
“The Bed”, 1976, 10 x 15 cm

Looking at the Overlooked décrit une façon de voir le monde. Les photographies, toutes prises à proximité du domicile de John Myers, sont des scènes figurées sans narration ni émotion, comme si Myers était le premier à découvrir les lieux qu’il photographie. Son travail est ici agencé comme une pérégrination à travers une ville, générique et dépourvue de spécificité, perçue comme la toile de fond du quotidien et du banal, de ce qui est trop souvent vu et qui n’est pourtant jamais perçu comme partie intégrante de notre paysage visuel.

ACHETER

Publié par

John Myers – Looking at the overlooked | Maison CF

JOHN MYERS, LOOKING AT THE OVERLOOKED
25 x 28,5 cm – 176 pages – Relié
ISBN 9781999727512 350 €
Anglais
Édition limitée à 450 exemplaires
Signée et numérotée
Accompagnée de deux tirages argentiques modernes signés et numérotés:

  • “The Bed”, 1976, 10 x 15 cm
  • “Benjamin the rabbit”, 1975, 20 x 30 cm

Looking at the Overlooked décrit une façon de voir le monde. Les photographies, toutes prises à proximité du domicile de John Myers, sont des scènes figurées sans narration ni émotion, comme si Myers était le premier à découvrir les lieux qu’il photographie. Son travail est ici agencé comme une pérégrination à travers une ville, générique et dépourvue de spécificité, perçue comme la toile de fond du quotidien et du banal, de ce qui est trop souvent vu et qui n’est pourtant jamais perçu comme partie intégrante de notre paysage visuel.

ACHETER